Démarche

Mon travail se compose de formes géométriques issues d’une sorte d’écriture automatique. Cela nécessite un décrochage intellectuel complet. Ça s’apparente à de l’improvisation sans l’être entièrement.

J’ai créé mon propre référentiel qui se compose d’une juxtaposition libre de triangles. Ceux-ci, ainsi que toutes les tailles et combinaisons possibles qui en découlent, forment comme un alphabet ou langage propre issu de mon inconscient. De la sorte, je suis moi-même spectateur de l’histoire qui s’écrit au travers du processus de création pour chacun de mes travaux.

Ma démarche est très personnelle. Elle provient d’un besoin quasi thérapeutique dont la signification m’échappe en partie mais pour laquelle j’ai quelques pistes d’interprétation.

Mon travail est comme une synthèse, un grand filet rempli des choses qui m’intéressent mais que je ne maîtrise pas : le solfège, la géométrie, l’astronomie, … Domaines dans lesquelles je puise mon inspiration.

Il pourrait aussi être la chambre d’écho de vieux souvenirs tels qu’un emploi d’agent de support réseau pour un opérateur téléphonique, des lignes de couture et du bruit répétitif des machines à coudre de l’usine textile de mes grands-parents ou encore des nombreuses électroencéphalographies effectuées durant mon enfance suite à une commotion cérébrale.

Si je ne travaille quasiment qu’en noir est blanc c’est principalement parce que je suis daltonien mais aussi pour le côté binaire du rendu. J’aime les tableaux noirs garnis de formules mathématiques ou scientifiques que je ne comprends pas mais qui m’inspirent.

Ange